Les communiqués de presse

Retrouvez ici l’ensemble des communiqués de presse publiés par les élus du groupe CRC.

Lire la suite

Les coups de force à répétition d’Emmanuel Macron et son gouvernement contre le Parlement

Démocratie -

Par / 7 mars 2018

Les choses s’accélèrent. Pas pour améliorer la vie des gens mais pour réduire le parlement au rang de simple spectateur de l’action du Président de la République et de son gouvernement.

A Versailles, le 13 juillet, Emmanuel Macron a annoncé sa volonté d’aller vite, d’être efficace pour mener les réformes libérales fondées sur la destructuration définitive du pacte républicain.

Le choix a été fait d’user et d’abuser des ordonnances qui privent le parlement d’un vrai débat sur les projets préparés en conclave par l’exécutif. Casse du Code du travail et maintenant liquidation de la Sncf, sont l’objet de ces procédures expéditives.

La loi sur la sélection à l’université a été appliquée avant d’être votée.
Hier, sans sourciller, Edouard Philippe a dévoilé la réforme des institutions envisagée par Emmanuel Macron. Elle est confuse, fourre-tout et surtout dangereuse.

En effet, au travers de ce méli-mélo constitutionnel apparait une volonté ferme de réduire les pouvoirs du parlement, d’abaisser la représentation nationale.
Depuis des années, nous soulignons le recul des droits parlementaires, réduction du temps de parole drastique, limitation du droit d’amendement par le développement des irrecevabilités à l’égard des amendements.
Emmanuel Macron franchit un cap avec la réduction démagogique du nombre de parlementaires alors que la vraie question n’est pas leur nombre mais leur pouvoir et leur représentativité.

Plus de démocratie avec moins de représentants du peuple, la démonstration reste, en effet, à faire.

Hier, Edouard Philippe a proposé d’instaurer un quota d’amendements pouvant être déposé par un groupe parlementaire en fonction de son effectif. C’est une atteinte grave aux principes républicains tels le pluralisme et le droit individuel des députés et sénateurs à proposer, à s’opposer.

Aujourd’hui, le gouvernement dépose une procédure de vote bloqué (article 44-3) sur la proposition de loi relative aux retraites agricoles inscrite dans l’espace réservé du groupe CRCE, pour faire barrage au vote définitif de ce texte, adopté à l’unanimité en commission par le Sénat.

Emmanuel Macron ne veut donc pas d’opposition. Il veut déblayer le chemin aux puissances financières en détruisant tout obstacle fusse-t-il la démocratie elle-même.

Les derniers communiqués

Les communiqués de presse Un affront pour la République

Visite officielle du président du Parlement ukrainien - Par / 11 juin 2018

Les communiqués de presse Fraude et évasion fiscale : le Sénat rate le coche

Proposition de résolution pour une Conférence des parties de la finance mondiale - Par / 8 mars 2018

Les communiqués de presse Un point gagnant pour les retraités agricoles

Adoption en commission de la proposition de loi visant à assurer la revalorisation des pensions de retraite agricoles - Par / 21 février 2018

Administration