Les courriers officiels

La SNCF s’oppose à une visite des parlementaires du Front de gauche

Journées parlementaires -

Par / 24 septembre 2015

Monsieur Guillaume PEPY
Président du Directoire
SNCF
34, Rue du Commandant Mouchotte 75014 PARIS

Un courrier d’André Chassaigne et d’Eliane Assassi

Monsieur le Président,

Nous souhaitons, par ce courrier, vous faire part de notre plus vif étonnement face à la décision prise par votre entreprise de refuser d’accueillir une visite de députés et sénateurs et de leurs collaborateurs, organisée dans le cadre des journées parlementaires des groupes GDR de l’Assemblée nationale, CRC du Sénat et GUE-NL du Parlement européen qui se tiennent à Oissel (Seine-Maritime) les 24 et 25 septembre prochains.

L’argument avancé par la direction régionale de la SNCF et votre administration relève principalement, si nous avons bien compris, de la mise en œuvre d’une forme de réserve s’appuyant sur la législation du financement des campagnes électorales. Comme des élections régionales se déroulent les 6 et 13 décembre prochains, aucun accueil de parlementaires autre que celles et ceux du département concerné ne serait accepté, exception contradictoire d’ailleurs avec le principe affiché.

De toute évidence, il s’agit à notre égard d’une décision d’opportunité qui apparaît totalement décalée avec la pratique de nos journées parlementaires.

En effet, nous organisons chaque année des « ateliers » qui permettent aux participants de se confronter à la réalité d’un centre d’activité économique, culturel ou social.

Par exemple, cette année, nous organisons la visite d’une grande entreprise industrielle, d’un site agricole et d’un hôpital. Ces déplacements n’ont aucune visée militante et encore moins de propagande à des fins électorales.

La SNCF est une entreprise publique, une entreprise nationale qui entretient un lien unique avec notre peuple et par voie de conséquence avec les élus locaux ou nationaux.
S’opposer à la visite de parlementaires de nos groupes sur le site de Sotteville-lès-Rouen est une décision incompréhensible, disproportionnée qui ne pourra que nuire aux relations futures entre les élus de nos groupes et la SNCF à un moment où, face aux menaces qui pèsent sur le ferroviaire, une étroite collaboration serait à rechercher.
Nous espérons, Monsieur le Président, que cette décision relève d’un malentendu et d’une mauvaise compréhension de notre demande.

Aussi, nous vous demandons de permettre un réexamen rapide de celle- ci afin de permettre à des parlementaires de visiter une entreprise nationale, ce qui, vous le reconnaîtrez, relève du bon sens. Notre demande, enfin, relève d’une légitimité républicaine incontestable.

En l’attente, nous vous prions, Monsieur le Président, de bien vouloir agréer nos salutations les meilleurs

Les dernieres interventions

Les courriers officiels L’urgence d’agir pour les lycéens et mineurs SDF

Que comptez-vous faire afin de faire respecter la loi ? - Par / 21 décembre 2016

Les courriers officiels Une intervention d’une violence anticommuniste rare

Propos ignobles de Claude Malhuret à l’égard de Fidel Castro - Par / 1er décembre 2016

Les courriers officiels Interpellation de Marisol Touraine sur l’avenir de l’hôpital Verdier de Bondy

Quels moyens l’APHP compte-t-elle mettre en oeuvre pour l’hôpital Verdier ? - Par / 3 novembre 2016

Les courriers officiels Il est possible et nécessaire de produire en France

Demande d’un débat sur la politique industrielle - Par / 26 septembre 2016

Administration