[(4129|non) Pérennisation du dispositif des pensions de réversion dans la fonction publique - Elianne Assassi, sénatrice de Seine Saint-Denis

Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Pérennisation du dispositif des pensions de réversion dans la fonction publique

Par / 15 janvier 2009

Madame Eliane Assassi attire l’attention de Monsieur le secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique, sur les inquiétudes suscitées chez les retraités de la fonction publique par le projet de réforme de leurs pensions de réversion qui va avoir des conséquences en particulier sur la situation future des femmes de fonctionnaires.

Le gouvernement prévoit, en effet, de lier l’augmentation du taux de réversion aux ressources et à l’âge du conjoint survivant dans une logique proche de celle du régime général. Cette réforme va à l’évidence entraîner une diminution importante et injustifiée de leurs ressources et donc de leur pouvoir d’achat, d’autant plus que les fonctionnaires ne bénéficient pas du régime complémentaire du secteur privé.

Elle lui demande, par conséquent, de bien vouloir lui indiquer quelles mesures il envisage de prendre pour revaloriser significativement les pensions de réversion dans la fonction publique et contribuer ainsi à l’amélioration du pouvoir d’achat des conjoints survivants.

Question écrite publiée au Journal Officiel du 06/11/08.

Réponse du Secrétariat d’État chargé de la fonction publique• publiée dans le JO Sénat du 15/01/2009 - page 123 :

Le Président de la République, conformément à ses engagements de campagne, a décidé de relever progressivement sur le quinquennat le taux de réversion des pensions au régime général de 54 % à 60 % pour les assurés du régime général ayant de faibles pensions. Cette décision a été annoncée dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites et la remise du document d’orientation retraite du Gouvernement du 28 avril 2008.

Elle sera mise en oeuvre, dans le cadre du projet de loi de financement pour 2009, à compter du 1er janvier 2010, tant pour les nouvelles réversions que pour la réversion en cours de service dès lors que leurs pensions s’avèrent faibles.

Dans ce document, la question de l’extension de la mesure dans les régimes spéciaux, dont celui des fonctionnaires, est précisée : « Pour les autres régimes de retraite, l’augmentation du taux de réversion pourra être envisagée en prenant en compte les ressources et l’âge des conjoints survivants, dans une approche similaire au régime général. »

En effet, les règles de réversion diffèrent très sensiblement entre les affiliés du privé et ceux ressortissant aux régimes spéciaux, du fait d’une structuration de la retraite et d’une philosophie de la réversion distinctes.

Ainsi, les salariés du privé bénéficient de deux retraites, servies l’une par le régime général (régime de base) et l’autre par un régime complémentaire : la réversion pour le régime de base étant une allocation de subsistance pour le conjoint survivant, son attribution est conditionnée à un niveau maximal de ressources et d’âge ; concernant la pension complémentaire, la réversion est automatique.

A contrario, les fonctionnaires bénéficient de fait d’une seule retraite, et donc d’une seule réversion. Celle-ci est attribuée sans condition de ressources et d’âge, avec un montant égal à 50 % de la pension de l’ayant droit. Ainsi, les règles de réversion pour les fonctionnaires sont plus favorables. Dès lors, une évolution du taux de réversion pour les régimes spéciaux impliquerait, comme pour le régime général, l’instauration d’une condition de ressources, afin d’assurer un traitement équitable entre les retraités en matière de réversion, quel que soit leur régime d’affiliation.

Cependant, la mise en place d’une conditionnalité ne pourrait qu’être partielle - sur une part de la pension de réversion du régime spécial - afin de ne pas pénaliser les ressortissants des régimes spéciaux vis-à-vis de ceux du régime général (la réversion est automatique dans le régime complémentaire).

Ainsi, la formulation du document d’orientation du 28 avril 2008 indique explicitement la nécessité d’une évolution plus globale des règles de réversion dans les régimes spéciaux si un relèvement du taux de réversion est envisagé, mais ne se prononce pas sur la mise en oeuvre de la mesure. Par ailleurs, le Conseil d’orientation des retraites réalise actuellement un rapport sur les avantages familiaux, pour une remise au Gouvernement prévue pour la fin de l’année.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Situation des associations en France

Question écrite n° 08612 de Mme Éliane Assassi (Seine-Saint-Denis - CRC) publiée dans le JO Sénat du 10/10/2013 - page 2926 - Par / 10 octobre 2013

Les questions écrites Inquiétude quant à baisse significative de la dotation globale de fonctionnement versée chaque année par l’État aux collectivités territoriales

Question écrite n° 08604 de Mme Éliane Assassi (Seine-Saint-Denis - CRC) publiée dans le JO Sénat du 10/10/2013 - page 2952 - Par / 10 octobre 2013

Les questions écrites Accès aux lieux ouverts au public des maîtres chiens guides d’aveugles

Question écrite au Ministère chargé des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion - Par / 30 mai 2013

Les questions écrites Question écrite

Projet de loi concernant l’obligation de l’ouverture d’un compte bancaire séparé - Par / 11 mars 2011

Les questions écrites Seuil des architectes

Question et réponse - Par / 2 mars 2010

Administration